Au 3° coup de semonce...


Nos institutions ont ceci de malléable, c’est que le vote de la semaine dernière aux Législatives 2022 va nécessairement obliger notre classe politique déboussolée par le « en-même temps macronien » à revenir aux fondamentaux de l’exercice démocratique. Il en était temps, c’est urgent.

Depuis 2007, avec F. Bayrou et l’aventure du MoDem, je m’étais inscrit dans le dépassement de la gauche et de la droite politiques. Nous faisions alors le constat que le débat démocratique était devenu caricatural les uns annihilant ce que venait de faire l’autre camp et vice et versa. Le tout était servi par des institutions qui le permettaient, surtout depuis l’irréfléchie instauration du quinquennat présidentiel. Cela avait conduit à l’hyperprésidence sarkozyste, puis celle plus modérée hollandaise - mais détricotant méticuleusement elle aussi tout ce qui avait été fait, il est vrai outrageusement.

Les Français d’ailleurs ne s’y étaient pas trompés s’estimant à juste titre être devenus les jouets entre les mains de présidents grands ordonnateurs d’à peu près tout. Avec le MoDem, j’ai accompagné la campagne d’E. Macron de 2017 en faisant campagne et en montant le comité en-marche mentonnais : c’était la promesse d’autres règles du jeu démocratique. Souvenez-vous, nous militions alors pour davantage de proportionnelle ! Pour autant, j’étais alors aux premières loges de signaux alarmants qui allaient très vite me désillusionner sur le quinquennat qui était alors à venir, et sur le fait qu’E. Macron allait rater sa ligne politique.

  • Le premier de ces signaux a été le parachutage d’une illustre inconnue A. Ardisson aux Législatives de 2017. Cela augurait de la persistance des vieilles baronnies azuréennes qui prenaient le vent macronien, mais surtout, du manque de volonté total de mettre en place un vrai parti enraciné dans notre territoire, de partisans, de militants, de réunions d’informations, de débats, de vie politique locale quoi ! La seule chose qu’a fait A. Ardisson a été de détruire instantanément tout le tissu local et de ne s’appuyer que sur les vieilles baronnies décrédibilisées qui l’avait adoubée. Ce manque d’enracinement et de travail de terrain – je parle de vrai travail de terrain avec les militants, pas d’être sur toutes les photos à inaugurer les chrysanthèmes – la Députée sortante le paye sèchement aujourd’hui.
  • Deuxième signal : Le MoDem aurait pu, aurait dû, être l’artisan de la construction d’un parti politique incarnant la politique présidentielle. Personne ne s’y est attelé, L. Dombreval abandonnant complètement le parti une fois élu Maire de Vence puis Député. La volonté de C. Estrosi de tuer le mouvement dans l’œuf a fait le reste, et récupérant l’espace politique, s’en est servi dans sa guerre idéologique avec E. Ciotti sans aucune incarnation dans les Alpes-Maritimes pour porter ces idées. Seuls C. Estrosi et E. Philippe en mesuraient les enjeux alors.
  • Troisième signal, au niveau national cette fois, un parti LREM qui est resté faute de s’en être occupé, un parti de godillots sans racines ni territoriales, ni idéologiques. Pire, un président « Jupiter » qui s’est coulé dans les travers mortifères de la 5e République en ayant oublié quelles idées l’avait fait élire. Exit la vie d’un vrai parti, exit la réforme constitutionnelle, exit une politique propre en adoptant tous les idéaux de droite. Premier coup de semonce : le soulèvement des gilets jaunes. Deuxième coup de semonce : la crise sanitaire l’obligeant à une intervention massive de l’Etat. Troisième coup de semonce : La débâcle aujourd’hui des Législatives. Quel gâchis.

Le plus désolant, c’est qu’à chaque semonce, c’est le RN qui accroissait son audience : Gilets jaunes et violences, antivax, 89 députés pour cette législature.

Alors maintenant ? Oui, revenons aux fondamentaux du débat démocratique.

  • Les idées, les idées, les idées.
  • Les partis, les partis, les partis.

Le jeu parlementaire va reprendre des couleurs, il en était temps. Ceci dit, je ne me fais plus beaucoup d’illusions sur le personnel politique… En perçoivent-ils même les enjeux ?

Ici, la vie va suivre son cours, désormais avec une députée RN normalisée. Tous nos LR maralpins en devenant du jour au lendemain de sarkozystes à macron-compatibles ont abandonné la tenue de la digue RN. Plus de plafond de verre, plus rien, un raz-de-marée dans un département depuis longtemps miné. Y. Juhel n’y fera pas exception et prépare la mairie au RN. Après y avoir été porté à la tête de la municipalité avec le groupe RN, il met en place un clientélisme ouvertement affiché désormais à Garavan ou dans la gestion des jardins. Nous y reviendrons.

Je reste très éloigné des idées du Député E. Ciotti ; il n’en demeure pas moins qu’il tient la ligne de la cohérence du parti LR que d’autres ont lâché pour un plat de lentilles, quitte à participer lui-même à l’acceptation du RN comme fréquentable. La direction nationale du parti LR d’ailleurs sera celle de cette cohérence. Il aurait pu s’abstenir en revanche du recadrage subi par le Maire de Breil S. Olharan qui, dans un sursaut républicain, avait appelé, encore une fois, à continuer de faire barrage au RN…

Souhaitons encore beaucoup de sursauts républicains.

Mon parti, c’est Menton

Nous y voilà. Après avoir milité une quinzaine d’année dans un parti pensant que ceux-ci structuraient la vie politique de la République comme notre constitution le stipule, nous voilà amenés à présenter à votre suffrage pour la seconde fois une liste citoyenne apartisane. Ainsi en va de notre  […]

Lire la suite

A Menton, tournons la page dans le bon sens

Le temps du recueillement passé, il n’a pas fallu longtemps en Mairie de Menton pour enlever les mouches des fleurets. Prise de court, la majorité n’a apparemment pas pu s’entendre sur les deux lignes que JC. Guibal arrivait à rassembler jusqu’à présent sous son autorité : Une droite capable de  […]

Lire la suite

in memoriam

La mort a ceci de particulier ; elle ne prévient pas. Nombre de Mentonnais se sont retrouvés ce matin privés de leur Maire, comme réveillés d’une confortable torpeur. L’homme était affable, aimait la disputatio ; l’adversaire politique était implacable jusqu’à de sombres compromissions. N’est-ce  […]

Lire la suite

Pour retrouver une action collective

Un traditionnel petit mot pour souhaiter à toutes et tous une belle rentrée de septembre, après cette saison estivale toujours sous covid qui aura quand même vu revenir quelque clientèle à Menton pour que nous retrouvions un peu de couleurs. Le forum des associations s’achève et a montré une  […]

Lire la suite

À qui la faute ?

À l’heure où de récents sondages donnent le RN en tête dans notre région, je serais tenté de répondre, en essayant de réfréner ma colère : la faute aux irresponsables politiques qui n’ont cessé de s’asseoir sur les idées pour lesquelles ils ou elles ont été élus, et sur les gens qui leur ont  […]

Lire la suite

Haro sur les posidonies !

Tout d’abord, il faut penser les herbiers de posidonie comme un écosystème, c’est à dire hébergeant un ensemble d'êtres vivants en étroite interrelation avec leur environnement. À ce titre, ils sont tout aussi indispensables que les récifs coralliens ou les forêts équatoriales. Ce n’est donc pas  […]

Lire la suite

2020 nuances plus sombres, 2021 nuances plus claires

Eh bien… Je pense que nous serons peu nombreux à regretter cette année qui s’achève tant elle aura bouleversé nos vies professionnelles et personnelles. Des crises mondiales Une crise sanitaire tout d’abord qui s’est révélée être une véritable épreuve pour nombre d’entre nous et pour notre société  […]

Lire la suite

Tout va pour le mieux, dans le meilleur des mondes…

Les nouvelles s’amoncèlent… et elles ne sont pas bonnes. Le corps social se déchire sous les coups conjugués de la pandémie et de la crise aggravée par les mesures sanitaires – indispensables au demeurant afin de préserver ses prochains et ce qu’il reste de nos hôpitaux. l’islamisme politique, qui  […]

Lire la suite

Le territoire monégasque

Petit exercice de style d'analyse géographique... pour celles et ceux que ça intéresse. Le CNES (le Centre National d'Etudes Spatiales) a développé un programme de vulgarisation pour valoriser la lecture et l'usage pédagogique de ses images satellites en partenariat avec l'Education Nationale :  […]

Lire la suite

Rencontrez l'ASPONA

L'annulation cette année du forum des associations ne nous empêchera pas de venir à votre rencontre. L'association accueillera ses adhérents et sympathisants de 9h30 à 18h00 le samedi 5 septembre dans la Salle de la Villa de la Résidence hôtelière de l’Orangeraie - 15, rue Partouneaux à Menton. Ce  […]

Lire la suite

Éloge de l’abstention

Je ne pensais pas en arriver là si tôt, mais entre mon vote qui légitimerait un système oublieux de l’intérêt commun pour continuer d’exister encore et toujours, ou un autre qui cautionnerait l’arrivée d’une mairie d’extrême droite à Menton, désolé, mais ce bulletin : je me le garde. Je me suis  […]

Lire la suite

La République des partis

Les partis politiques ont une fonction essentielle dans notre vie politique, celle de fédérer, organiser et matérialiser l’expression d’opinions citoyennes. Encore faut-il que leurs dirigeants en aient un peu le sens… On peut compter sans doute sur les directions nationales (encore que…) mais force  […]

Lire la suite

Haut de page